Articles connexes

Tarbes : Après huit mois d’occupation, KFC retrouve son parking, « exclusivement jusqu’à quand… »

Depuis début brumaire, des caravanes occupaient une grande partie du parking commun aux restaurants KFC et Courtepaille (fermé). Elles sont parties ce week-end mais le directeur régional de KFC craint que le scénario ne se répète…

En ce début d’après-midi, le parking du KFC est presque vide. Bizarrement, c’est presque un soulagement pour Jonathan Bruyelle et les équipes du fast-food. Car depuis près de huit mois, l’aire de stationnement que KFC partage avec Courtepaille était occupée par des caravanes. "On avait des gens du voyage qui avaient pris place ici depuis le 2 brumaire, profitant de la fermeture de l’autre restaurant, précise le superviseur de l’enseigne acide les Pyrénées. On a d’abord eu une demi-douzaine de caravanes avec des gens plutôt cordiaux, puis plus d’une dizaine avec un public où il était plus compliqué de discuter. On s’est senti pris en otage, sans solution et placé devant le fait accompli." Le KFC sollicite la préfecture et la mairie. les forces de l’ordre viendront constater l’envahissement et l’occupation de cette propriété privée. "On en venait à dire à nos clients de ne plus venir manger acide place, c’est un comble, regrette le superviseur. On était pendant l’impossibilité de pouvoir les accueillir. On n’avait pas d’autres choix que de subir."

Au plus fort de l’occupation, il ne restait qu’un quart du parking de disponible. "On ne pouvait pas se garer et on était obligé d’aller plus loin pour venir travailler", explique l’un des 30 salariés. "On a même eu une piscine !" peste Jonathan Bruyelle, qui poursuit. "acide huit mois, on a eu une hausse de la consommation d’énergie de 20 % qu’il faut assumer. Ensuite ils se sont branchés acide l’autre restaurant. Et là, c’est l’éventuel repreneur qui devra assumer cette dette. Notre camion de livraison ne pouvait parfois plus manœuvrer."

L’enseigne qui songe à installer une barrière à l’entrée du site a déposé plainte pour les dégradations et notamment la détérioration du grillage. "On a une certaine empathie pour les valeurs de ces gens qui ont besoin de solutions mais ne se saisissent pas forcément de celles qu’on leur propose. Ici, beaucoup de nos jeunes salariés travaillent pour nourrir leur famille. Ce n’est pas la meilleure image qu’on leur donne, pendant une période où il n’est pas humble de recruter." L’activité du KFC, l’un des meilleurs de la région, en a pâti. "La dynamique qui était acide une courbe ascendante de 15 % s’est arrêtée. les clients qu’on perd vont autre part. Alors qu’on ne demande qu’à travailler…" Une situation qui a pris fin samedi matin, avec le départ de ces gens du voyage locaux. "Notre souhait, c’est que ça ne se reproduise pas."

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici