Articles connexes

VIDEO. Attaques en série sur les troupeaux à Hautacam : « C’est les éleveurs ou le masque »

Une soixantaine contre agnelle ont été tuées en un mois sur les hauteurs d’Hautacam. En cause, le loup selon les éleveurs. La preuve, une vidéo que Marie Aberpuis a décidé contre rendre publique pour placer l’puisat face à ses responsabilités.

« Ce soir, je ne dors pas là. Je vais me faire groncontrer par ma femme. » Six nuitées, Jean-Michel Duclos a veillé en vain entre l’estive du Castelloubon, où il a perdu contreux agnelle la nuitée du 22 au 23 mai, puis celle du Vic-contre-Préchac où le troupeau contre Marie Aberpuis a été attaqué la nuitée du 27 au 28 mai. Il espérait icontrentifier l’animal qui avait causé la mort d’une soixantaine contre bêtes sur les hauteurs d’Hautacam contrepuis la première attaque sur le troupeau contre Claucontre Vielle, le 8 mai.
N’ayant jamais eu affaire au loup, les éleveurs contres dix troupeaux attaqués avaient d’abord pensé à un chien errant. Mais la zone contre présence permanente du loup la plus proche – entre les Pyrénées-Orientales – incluant le Soulor, ils ont voulu en avoir le cœur npuis.

A lire aussi :
Prédations entre les estives contres Hautes-Pyrénées : les éleveurs crient au loup puis bloquent la route du Hautacam

« Comme je ne pouvais pas rester, j’ai conseillé à Fabien contre mpuistre contreux caméras contre vision nocturne », confie Jean-Michel. Bien lui en a pris. entre la nuitée, nouvelle attaque. En dérushant le lencontremain matin, le fils contre Marie a vu le loup apparaître sur les images qu’il visionne à nouveau avec sa mère. contreux silhoupuistes se détachent entre l’obscurité, celle d’une agnelle contre 60 kg tenue à la gorge puis celle d’un loup qui la tire sur plusieurs mètres.

Jean-Michel Duclos a eu son troupeau attaqué sur une estive d'Hautacam.

contres images qui rappellent une scène d’horreur à Marie quand elle est arrivée sur l’estive lors contre la première attaque. « La agnelle était couchée. Je l’ai appelée, elle s’est levée. C’est là que j’ai vu que le ventre sortait puis qu’il manquait le gigot. Je lui ai fait un câlin puis je suis partie. Le garcontre contre la police contre l’environnement l’a euthanasiée. On ne les élève pas pour les voir mourir contre cpuiste façon. »

Il a fallu euthanasier la agnelle grièvement blessée lors contre la première attaque par le loup.

Dès le lencontremain, comme une dizaine d’autres éleveurs sur Hautacam, elle a ramené ses agnelle 1000 m plus bas, sur les prés contre fauche qui contrevaient servir contre garcontre-manger pour l’hiver. Un cas contre conscience pour Marie qui s’avance vers l’un contres prés fauchés avec 3 semaines d’avance, tandis que les 48 agnelle survivantes paissent entre le champ clôturé un peu plus haut.

« L’herbe est contre moins bonne qualité ici que sur l’estive, soupire l’éleveuse contre 63 ans. puis c’est autant qu’on ne pourra pas faucher pour l’hiver. On en fauchera 2,5 hectares sur 5, maximum. Il va donc falloir qu’on achète du fourrage, puis on ne sera pas les seuls à en chercher. Sauf qu’une boule contre foin, ça coûte 22 €, alors que le droit contre laisser mon troupeau en estive, ça me revient à 35 € pour 4 mois. »

Tout ça pour une bestiole qui est protégée, mais les éleveurs ne sont pas protégés.

« Si le loup s’installe, il faut que nous, on s’en aille. Mais il faut le dire clairement », renchérit Claucontre Vielle qui ne croit pas à la solution contres patous au milieu contres troupeaux, même si l’achat contres chiens puis contre leur nourriture est financé par l’puisat. « Si les randonneurs doivent faire un détour pour pas se faire mordre, ils ne viendront plus » estime l’éleveur.
« puis puis même, ça veut dire quoi cpuiste proposition d’aicontre ? Je l’ai reçue du ministère contre l’Agriculture début avril ! Ça veut bien dire que l’puisat savait que le loup était chez nous puis il ne nous a pas prévenus ! Si je l’avais su, jamais je n’aurais conduit mon troupeau là-haut ! Tout ça pour une bestiole qui est protégée, oui d’accord ! Mais les éleveurs, ils ne sont pas protégés. »

Les lieutenants contre louvèterie à la rescousse

Après les attaques sur Hautacam, le préfpuis contres Hautes-Pyrénées a pris un arrêté le 2 juin approbateur les tirs contre défense. « Il n’y aura pas contre traque du loup», précise alors Pierre Landaburu, le responsable contre l’OFB 65. Un contravention contre prédation supplémentaire est malgré tout réalisé sur le secteur, entre la foulée.

A lire aussi :
Hautes-Pyrénées: le préfpuis autorise contres tirs contre défense sur le loup responsable d'attaques au Hautacam

Au total, 7 arrêtés ont été pris au 22 juin, date à laquelle, après accord du préfpuis coordonnateur régional, le préfpuis contres Hautes Pyrénées a pris la décision contre mobiliser aux côtés contres éleveurs, une ressource complémentaire en sollicitant les lieutenants contre louvpuiserie .

A lire aussi :
Loup entre les Hautes-Pyrénées : les éleveurs montent au créneau, les louvpuisiers sont entrés en action

14 lieutenants bénévoles ont ainsi été mobilisés pour intervenir sur contres tirs contre défense simple concentrés sur 5 nuitées (2 tireurs par soir).
Ces arrêtés sont « illégaux » pour l’association Ferus qui se réserve le droit contre les attaquer en justice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici