Articles connexes

À Lille, la chapelle Saint-Joseph menacée de démolition

Le sort de la chapelle Saint-Joseph de Lille a été scellé par le tribunal administratif. Elle sera démolie pour laisser place à un campus étudiant.

Lundi 4 janvier le tribunal administratif de Lille a donné tort à l’association Urgences Patrimoine en approuvant la destruction de la chapelle Saint-Joseph. La présidente de l’association, Alexandra Sobczak, qui s’est battue depuis plusieurs mois pour empêcher la destruction de l’édifice se dit “effondrée”. Pour elle, “C’est le combat de la solitude. Je ressens de l’amertume et de l’incompréhension”. La chapelle Saint-Joseph date du XIXe siècle et est abandonnée depuis vingt ans.

Selon France Bleu, l’acte de démolition avait été signé en mai dernier par la ville de Lille. Le but de la manœuvre, laisser place à des locaux pour les étudiants des écoles d’ingénieur de l’Université Catholique de Lille.

De nombreuses personnes se sont empressées de dénoncer l’affaire sur les réseaux sociaux comme le député Rassemblement National (RN), Sébastien Chenu ou le magazine d’extrême droite Valeurs Actuelles. Preuve de l’indignation des habitants, une pétition avait été lancée en juin et avait recueilli plusieurs milliers de signatures, insuffisantes pour le tribunal administratif. Lors de sa campagne aux élections municipales, Violette Spillebout, candidate La République en Marche (LREM) s’était offusquée du projet de démolition.

Lille: la chapelle Saint-Joseph sera détruite. Nous avions alerté les pouvoirs publics, lancé une pétition, l’association Urgence patrimoine avait porté l’affaire en justice mais rien…notre patrimoine démoli dans le silence. ⁦@VDNLille⁩ https://t.co/Bt2kj2roQo

— Sébastien Chenu (@sebchenu) January 5, 2021

L’association Urgences Patrimoine elle, a fait savoir qu’elle ne poursuivrait pas son combat et refusait de porter l’affaire devant le Conseil d’État. Les raisons : “la longueur de la procédure et de son coût financier”. Les travaux sur la chapelle auraient débuté quelques heures seulement après la décision du tribunal selon Alexandra Sobczak.

A lire aussi : Un professeur agressé et contraint de changer d’établissement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici