Articles connexes

Crise en Afghanistan – Le président Ashraf Ghani a quitté l’Afghanistan

– Le président Ashraf Ghani a quitté l’Afghanistan

Alors que les talibans menacent désormais la capitale Kaboul, le président afghan a fui le pays, selon l’ancien vice-président Abdullah Abdullah. La question de l’accueil des réfugiés se fait pressante.

Mis à jour il y a 49 minutes

Le président afghan, Ashraf Ghani au palais présidentiel à Kaboul le 28 juillet 2021.

AFP

Demande de Washington

La Suisse ferme temporairement son bureau de coopération dans la capitale afghane Kaboul en raison de la détérioration de la situation sécuritaire. Des mesures d’évacuation ont été prises pour assurer la sécurité du personnel fédéral sur place, a indiqué dimanche à Keystone-ATS le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Pour des raisons de sécurité, le DFAE ne donne pas d’informations supplémentaires. Vendredi, la secrétaire d’État au DFAE Livia Leu avait déclaré devant les médias à Berne que la Suisse rapatriait les trois collaborateurs helvétiques du DFAE toujours à Kaboul pour des raisons de sécurité liées à l’avancée des talibans.

Les Suisses concernés travaillent au bureau de coordination de la Direction du développement et de la coopération (DDC) à Kaboul. Sur les six en tout, trois autres sont déjà rentrés.

Quant aux 40 employés locaux de la DDC et leurs familles, ils reçoivent un visa humanitaire. Au total, quelque 200 personnes sont concernées. Malgré tout, l’engagement suisse en Afghanistan se poursuit. Les organisations humanitaires partenaires continuent leur travail sur place.

La Suisse a mis en place en 2002 le bureau de coopération sur place pour mettre en œuvre les programmes de la DDC. Les relations politiques entre la Suisse et l’Afghanistan sont entretenues par l’ambassade de Suisse à Islamabad, au Pakistan.

La Suisse ne rapatrie plus les requérants d’asile déboutés vers l’Afghanistan jusqu’à nouvel ordre, a annoncé la semaine passée le Secrétariat d’Etat aux migrations. Cela ne peut être le cas que pour des personnes ayant commis des infractions pénales graves. Les autorités afghanes n’accueillent actuellement plus aucun de leurs ressortissants.

Canada aussi prêt

La Turquie veut éviter un afflux

ATS

Publié aujourd’hui à 16h44

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici