Articles connexes

La tragédie allemande de 1945 – «Ce jour-là, mon enfance s’est envolée»

– «Ce jour-là, mon enfance s’est envolée»

Un nouveau musée à Berlin raconte un pan de l’histoire longtemps caché: les représailles contre les 14 millions d’Allemands expulsés d’Europe de l’Est à la fin de la guerre.

Christophe Bourdoiseau, Berlin

Publié aujourd’hui à 18h14

L’une des vitrines du nouveau musée consacré aux millions d’Allemands de Tchéquie, de Roumanie, de Silésie ou de Hongrie victimes d’une «épuration ethnique» à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Berlin, 23 juin 2021.

AFP

Edith Kiesewetter-Giese montre une carte d’une partie de la région des Sudètes, où elle a vécu jusqu’en 1945, année de son expulsion par les Tchèques.

Christophe Bourdoiseau

«Les Tchèques ont demandé aux Allemands de se rassembler sur la place. Nous devions quitter la ville dans les deux heures, pour une destination inconnue.»

Edith Kiesewetter-Giese, ancienne Allemande des Sudètes

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici