Articles connexes

Migrants – «La fermeture des frontières est un mythe»

– «La fermeture des frontières est un mythe»

Le chercheur François Gemenne déconstruit les fantasmes de la crise migratoire. Il plaide pour rétablir des voies d’accès sûres et légales qui casseraient le business des passeurs.

Virginie Lenk

Publié aujourd’hui à 14h00

Un garçon regarde la police italienne à bord d’un bateau de sauvetage d’une ONG. Deux fois plus de migrants ont perdu la vie en mer au cours du premier semestre 2021 que sur la même période en 2020.

keystone-sda.ch

La crise migratoire semble avoir atteint ces derniers jours de nouveaux seuils d’inhumanité. Alors que le Parlement européen accuse l’agence Frontex de refoulements illégaux en Grèce, Amnesty International en appelle à une fermeture immédiate des centres de détention libyens où les migrants subissent un traitement «atroce». Jusqu’où ira l’Europe dans ce dossier qui paraît insoluble? Nous avons posé la question à François Gemenne, spécialiste des migrations climatiques et enseignant à l’Université de Liège et à Sciences Po Paris.

Le Danemark et le Royaume-Uni veulent externaliser les procédures de demande d’asile avec des pays africains. Cela peut-il créer un effet domino?

Les deux pays sont sur la logique du zéro réfugié, le vieux rêve de l’extrême droite européenne. Cette démarche n’est ni compatible avec le droit européen, ni avec la Convention de Genève. Pourtant, si l’UE condamne, on sent bien que les réactions sont faibles. Car le Danemark reste un pays modèle sur les autres sujets européens. On ne peut pas l’isoler, comme la Hongrie par exemple. Et puis, surtout, beaucoup de pays rêveraient de faire pareil.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici