Articles connexes

Éditorial – Entreprises: la peur de la Chine

À l’image de l’horlogerie suisse, les sociétés étrangères sont devenues trop dépendantes du marché chinois.

OpinionPierre Veya

Publié aujourd’hui à 21h57

«Il y a peu, les chefs d’entreprise occidentaux redoutaient une forme de stagnation du business en Chine. Aujourd’hui, ils craignent d’être les otages d’une grande dispute politique.»

Publié aujourd’hui à 21h57

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici