Articles connexes

L’éditorial – En cas de crise cardiaque, «le pire est de ne rien faire»

– En cas de crise cardiaque, «le pire est de ne rien faire»

L’association genevoise Swiss Emergency Responders mise sur des citoyens pour maximiser les chances de survie des victimes d’un arrêt cardiorespiratoire.

OpinionAurélie Toninato

Publié aujourd’hui à 06h55

Publié aujourd’hui à 06h55

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici