Articles connexes

Économie | Ces digital nomades qui ont choisi le soleil de Provence

Ils hantent les cafés et les espaces de coworking, ordinateur portable dans une main, smartphone dans l’autre. Ils travaillent pour des boîtes ou des clients parisiens (en grande majorité), mais en visio-conférences ou en call, leurs interlocuteurs hilares et un brin envieux entendent le bruit des cigales. « Ils », ce sont les digital nomades. Derrière ce terme anglophone, se cache une nouvelle catégorie de travailleurs : ceux qui considèrent que leur travail doit les suivre – et pas l’inverse. Depuis quelques années, à l’instar d’autres cités européennes (Lisbonne en tête), Marseille et sa région attirent ces professionnels de la distance, séduits par le cadre de vie ensoleillé, les prix plus abordables que ceux de la capitale.Dans sa première vie, Marguerite, 36&n

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici