Articles connexes

France – Monde | Livret A, péages, tarifs réglementés de l’électricité : ce qui change à partir de ce mardi 1er février

Ce mois de février 2022 est synonyme d’un certain nombre de changements, susceptibles d’impacter le porte-monnaie des Français.

Hausse du taux du livret A

Une nouvelle positive pour les près de 8 Français sur 10 détenteurs d’un livret A : il passe la barre de 1% à compter de ce 1er février. Il était de 0,5% depuis le 1er février 2020. Une hausse historique puisqu’il n’y en avait pas eu depuis plus de 10 ans. Cette revalorisation avait été recommandée par la Banque de France pour faire face à l’inflation. D’autres, comme le livret jeune ou le livret de développement durable et solidaire, sont également valorisés à 1%.

Hausse limitée de l’électricité

Les tarifs réglementés de l’électricité (TRVE) vont subir une nouvelle hausse de 4% maximum à partir de ce 1er février. En septembre dernier, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé « un bouclier tarifaire pour nous prémunir contre ces hausses de tarifs ». Si une majorité de l’électricité française provient du nucléaire et des énergies renouvelables, une petite partie reste liée au gaz et laissait craindre une hausse de 12%.

Péages en hausse de 2 %

Vinci Autoroutes a annoncé dans un communiqué de presse que « les tarifs de péage […]évolueront en moyenne de 2,0%, soit moins que l’indice des prix à la consommation de référence, qui a augmenté de 2,6%. »

Gel des péages pour les petits trajets

« Une attention est portée sur les mobilités du quotidien parce qu’on n’habite pas à côté de son lieu de travail. » Aujourd’hui, 1er février, les tarifs des péages autoroutiers augmenteront. Enfin pas tous. À la direction de Vinci, l’on souligne que « 4/5 des trajets de moins de 30 km, 2/3 des trajets de moins de 50 km, ainsi que l’ensemble des itinéraires de contournements de 34 agglomérations desservies par le réseau Vinci Autoroutes n’augmenteront pas ». Et sur l’A51 ? « Il y a une hausse oui, mais qui protège ceux qui utilisent la voiture pour le travail », détaille Bertrand Wipf-Scheibel, directeur de la communication. De fait, aucune hausse ne concerne les destinations des bassins d’emploi – à l’instar de l’axe Manosque Aix-en-Provence. Le site de Cadarache, en gare de Saint-Paul-Lèz-Durance ne voit pas de hausse non plus pour les gares jusqu’à Sisteron-Sud, ni la liaison La Saulce-Sisteron-Nord. Au final, 21 des 45 itinéraires sont impactés. De manière générale, la hausse est de l’ordre de 2,05 % sur le réseau Escota cette année. En 2021, elle était de 0,47 %, en 2020 de 0,88 %.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici