Articles connexes

Politique | Le CBD va-t-il se faire couper l’herbe sous le pied ?

L’avenir d’une partie de cette jeune filière florissante se joue aujourd’hui devant le Conseil d’État : elle réclame la suspension de l’interdiction des fleurs et feuilles brutes qui la frappe

Par Delphine Tanguy, Rislèle Achour, Laurent d’Ancona

Soudain, on les a vues partout, ces trois petites lettres : à la caisse de nos grandes et moyennes surfaces, sur le comptoir de nos pharmacies, s’installant dans tout local commercial disponible dans nos grandes villes comme nos villages, les quartiers branchés comme les zones résidentielles de périphérie, le CBD a le vent en poupe.Une retentissante décision de la Cour de justice de l’Union européenne a précipité cette ruée sur l’or vert : en novembre 2020, elle avait estimé que l’Hexagone ne pouvait l’interdire, au nom de la libre circulation des marchandises au sein de l’UE. Dans cette brèche soudain ouverte, opportunistes ou vrais passionnés, beaucoup se sont engouffrés : de quelques centaines, le nombre de points de vente serait passé en un an à 2000. En Franc

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici