Articles connexes

Santé | Marseille : des substituts de peau bio-imprimés à La Conception

Première mondiale, à La Conception. »Et c’est une révolution dans notre métier », se réjouit la professeure Florence Sabatier, cheffe du Laboratoire de culture et de thérapie cellulaire (LCTC) après l’installation au sein de la zone de fabrication de médicaments de thérapie innovants de l’hôpital de l’AP-HM d’une « plateforme de bio-impression robotisée ». Une bio-imprimante 3D développée par la société bordelaise Poietis, capable de produire des tissus humains – en l’occurrence, de la peau – en vue d’une greffe sur un patient, tel qu’un grand brûlé ou accidenté de la route.Une peau « totale » »Cette innovation technologique, ce n’est pas seulement du substitut dermique ou de la culture cellulaire, indique le docteur Maxime Abellan-Lopez du ser

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici