Articles connexes

Société | Afghanistan : vendre un rein pour la survie de sa famille

Sans travail et criblé de dettes, Nooruddin n’a pas eu d’autre choix : pour sauver sa famille menacée par la faim, il a vendu un de ses reins, comme de nombreux Afghans. Cette pratique est particulièrement répandue dans la région d’Hérat, ville de l’ouest de l’Afghanistan. Une localité voisine a même gagné le triste surnom de « village d’un rein ». Depuis l’arrivée au pouvoir des talibans en août dernier, l’Afghanistan est plongé dans une profonde crise financière, aggravant une situation humanitaire déjà désastreuse après quatre décennies de conflit et des récentes sécheresses. Les avoirs afghans à l’étranger sont gelés et l’aide internationale – qui finançait près de 75 % du budget afghan – commence à revenir lentement après avoir été arrêtée net. S

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici