Articles connexes

Société | Hautes-Alpes : ils font vivre l’abattoir de Guillestre

Cinq ans après, c’est un succès. Dans les Hautes-Alpes, l’abattoir repris en coopérative par des éleveurs a réussi à trouver un équilibre économique. La Provence a suivi une jeune chevrière, qui prête main-forte au sein de cet « Abattoir des Hautes-Vallée

Par Jean-Christophe Magnenet

Elle accroche la bête abattue à un « dépouille- flancs », puis avec un geste sûr, passe sa main sous la peau, pour la décoller des chairs. À l’abattoir de Guillestre, ce matin de janvier, Clémence Alliey fait ce que l’on appelle « l’habillage » des agneaux. « On appelle ça comme ça, mais on les déshabille en fait », glisse la jeune femme. Un épais tablier par-dessus sa combinaison, coiffée d’un casque, de larges bottes aux pieds, cette Haut-alpine participe avec une dizaine d’autres éleveurs à une matinée de travail.Ce sont eux qui font vivre cet abattoir intercommunal, qui a failli disparaître en 2016. Démarche inédite sur le territoire Haut-alpin, ils se sont rassemblés dans une Société coopérative d’intérêt collectif (Scic) pour le re

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici