Articles connexes

Société | Marseille : au collège, bal des absents, cellule de crise et élèves résignés

Depuis la rentrée de janvier le collège Jacques-Prévert fonctionne un peu comme un moulin : « On a des gens qui reviennent tous les jours, il faut réguler en permanence », explique Rodrigue Coutouly, principal de cet établissement marseillais. Il faut dire que la situation est sans précédent : chaque jour une vingtaine d’agents manquent à l’appel sur la centaine de personnel.Rodrigue Coutouly, principal du collège Jacques Prévert, et son adjoint Sebastien Hornez.Photo M. B.Malades, cas contact ou contraints de garder leurs propres enfants. À ceux-là s’ajoutent une centaine d’élèves absents sur les six cent qui fréquentent le collège. « On a eu autant de cas Covid en deux semaines que sur les trois premiers mois de l’année », aj

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici