Articles connexes

Société | Marseille : des routes de l’exil à l’Élysée

Au pays, sa maman est encore « sous le choc » et Losseny Doumbia en garde des étoiles dans les yeux. Mercredi soir, au sortir de la cérémonie au palais de l’Élysée, le jeune apprenti brasseur marseillais s’est précipité sur son téléphone pour envoyer à sa mère la photo d’Emmanuel Macron et de lui côte à côte. Comme prévu, le cliché a fait son petit effet en Côte d’Ivoire.C’est que, pour arriver jusqu’aux ors de la République et la cérémonie des Rabelais des jeunes talents de la gastronomie, il aura fallu un long, un très long voyage, tant géographique que mental. En 2017, Losseny Doumbia a 15 ans et vit avec sa mère et ses cinq frères et soeurs à Man, dans une région montagneuse de l’ouest du pays. Son père est mort et « chez nous, quand le

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici