Articles connexes

Société | Martigues – Ginette Kolinka, déportée : « Les enfants, je compte sur vous ! »

« J’ai poussé la porte de l’appartement. Maman m’attendait. On s’est prise dans les bras. Je suis sûre que je n’ai pas pleuré… Mais elle, en tenant ce sac d’os dans les bras, c’est possible. Trois ans après, j’étais de retour. » Depuis presque trois heures, dans la salle de conférences du lycée Lurçat, Ginette Kolinka raconte sa déportation. Pas celle qu’on raconte dans les livres d’histoire, la sienne. À 96 ans, elle est l’une des dernières à pouvoir le faire, et en a conscience. Autant en introduction qu’en conclusion de son propos, elle prévient les élèves : « Vous êtes la dernière génération à pouvoir entendre quelqu’un vous parler de cette époque. Aussi, je vous confie une lourde responsabilité : ce sera désormais à vous d’être des passeurs

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici