Articles connexes

Sorties – Loisirs | Vidéo : ce Ciotaden partira d’ici la fin du mois d’avril en Inde à pied, avec deux ânes

Dans notre édition du 9 décembre, le pélerin prenait déjà la parole pour parler de cette grande aventure. Désormais, la date approche, et les préparatifs sont en marche. « J’ai enfin adopté mes deux ânes, Bourriquet et Ambroise. Ensemble, nous nous rendrons dans la ville de Potal. J’ai également acquis une charette, je serai installée à bord de cette dernière avec mes deux fidèles compagnons », déclare-t-il, une carotte à la main.

En plus d’avoir acheté du matériel (harnés, caisses pour ranger ses affaires, douche solaire, bâches…), Jean-Ismaël se prépare également mentalement avec ses animaux : « Je viens tous les jours 2h au minimum les voir pour qu’ils s’habituent à moi. Je dois faire entièrement partie de la famille pour que tout se passe bien lorsqu’on va marcher ».

Il les habitue donc à la charrette, les brosses et tente de les apprivoiser, « bien qu’ils soient déjà domestiqués », souligne le voyageur.

Afin de rejoindre Potal, l’ancien entraîneur de boxe va marcher environ 7 800 km et traverser douze pays. Un itinéraire tout tracé et qui ne lui fait pas peur. Lui qui a déjà énormément voyagé (Espagne, Vietnam ou encore en Thailande), souhaitait cette fois s’engager dans un plus grand périple. « Chaque fois que je partais, je trouvais davantage de sagesse. Mais une fois rentrée à La Ciotat, où j’ai un pied à terre, il suffisait de quelques mois pour que le naturel revienne au galop ». Il a espoir qu’avec cette grande distance parcourue en charrette, et avec ses animaux, il trouve la sagesse, « et qu’elle ne le quitte plus ».

Certains pourraient sourire face aux motivations de l’homme, ne lui prête guère attention au regard des autres. « J’aimerais rédiger un ouvrage pour évoquer mes rencontres, transmettre quelque chose à ceux qui me liront », poursuit-il. Très spirituel, le quinquagénaire déclare ne plus se sentir en phase avec la société Occidentale.

« Je ne me sens plus à ma place, j’ai besoin de découvrir de nouveaux pays. Beaucoup me disent que je ne vais pas réussir. De mon côté, je me dis que j’ai le temps d’arriver à destination. Je ne me presse pas ». Et pour tenir informé sa famille et ceux qui le désirent, de son voyage, il utilisera YouTube. « Je tenterai de poster des nouvelles de temps à autre ! »

En attendant le grand départ prévu pour le mois d’avril, le rêveur n’a qu’une hâte : que son songe devienne réalité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici